Recommander Imprimer

Thierry Bierlaire nous écrit du Brésil

Quand la population se mobilise...

0626 Bresil partie 2 routeIl y a quelques années, les pouvoirs publics ont élargi la route qui va de Cachoeira à Santo Amaro et qui traverse le district de São Tiago do Iguape, en amont de la vallée. Cette nouvelle route apporte, aux populations locales, plus de problèmes que de solutions. Poussière, fissures dans les maisons fragiles, désolation et larmes.

La nouvelle route met en question, d´abord, le droit de cultiver. Rosana s´exprime: «Nos activités agricoles ont été affectées à cause de la dégradation de l´environnement. Les autorités locales, craignant les révoltes, ont interdit que les groupes de plus de cinq personnes s´approchent de la route. Désormais, quand je vais au marché, avec ma famille, afin de vendre des céréales, je commets une activité illégale».

En outre, la nouvelle route ignore le droit de pêcher. Teodoro témoigne: «Des espaces ont été déboisés. Selon le cas, cela a tari des sources ou réduit le débit des ruisseaux. Les gens sont obligés de parcourir au moins quatre kilomètres pour pêcher de manière significative».

Enfin, la nouvelle route méconnaît le droit d´apprendre. Dans le petit village de Buriticupu, qui compte nonante-deux familles, une école primaire se situe à une trentaine de mètres de la route. Pour plaisanter avec les visiteurs, les enfants épellent: «Ba-ru-lho» («bruit» en français). L´institutrice Luiza se plaint: «Quand de gros camions passent, nous devons arrêter de travailler et attendre car le bruit est trop élevé. Moi-même, je souffre des cordes vocales car je dois toujours parler à voix haute».

Face à cette situation, quels sont les projets mis en œuvre par la Paroisse São Tiago? Un premier projet: fournir une aide juridique à la population, qui n´a pas été consultée ni suffisamment dédommagée, afin qu´elle reçoive des indemnités et que les terres soient clairement définies. Un deuxième projet: grâce aux orientations d´un géologue retraité, inviter les gens à creuser des puits et à protéger les sources, en reboisant de manière réfléchie. Un troisième projet: consolider les maisons endommagées et envisager la construction d´une nouvelle école dans la village de Buriticupu.

  • Créé par
    Diocèse de Tournai

Agenda

A vivre cette semaine
Voir tout l'agenda
Chemin de Croix de Tournai : édition 2019
vendredi 19 avril 2019
Le vendredi saint 19 avril 2019 aura lieu, au départ de l'Évêché, le 69 e chemin de Croix de pénite...
La Louvière : Un toit pour toi… Un toit pour tous!
samedi 27 avril 2019
Le 27 avril 2019, de 9h30 à 16h30, la question du logement sera au centre d'une table ronde organis...