Recommander Imprimer

Musée Virtuel - Jésus et la femme adultère (Eglise Saint-Remi, Ecaussinnes-d’Enghien)

Dans le cadre du jubilé de la Miséricorde, le service Art, Culture et Foi propose de découvrir à travers son musée virtuel des œuvres conservées dans le diocèse traitant de la miséricorde. Chaque semaine, une nouvelle œuvre sera présentée.

7 Jesus et la femme adultere Ecaussines dEnghien

© KIK-IRPA, Bruxelles - http://www.kikirpa.be/ 

7 Jesus et la femme adultere Ecaussines dEnghien couleur

Edifice : Eglise Saint-Remi, Ecaussinnes-d’Enghien

Œuvre présentée : Jésus et la femme adultère, 1845, peinture à l’huile sur toile

Historique : Peinture de Jean-Louis Tiberghien, signé et datée de 1845.

Iconographie : Représentation de l’évangile selon saint Jean, chap VIII, Jésus et la femme adultère.

Le Christ est représenté au centre du tableau, les bras ouverts en signe d’accueil, la femme adultère jetée à ses pieds.

Iconologie :

Jésus s'en alla sur la montagne des Oliviers; mais, dès le point du jour, il retourna dans le temple, et tout le peuple vint à lui. Et s'étant assis, il les enseignait.
Alors les Scribes et les Pharisiens lui amenèrent une femme surprise en adultère, et l'ayant fait avancer, ils dirent à Jésus: "Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d'adultère."
Or Moïse, dans la Loi, nous a ordonné de lapider de telles personnes. Vous, donc, que dites-vous.
C'était pour l'éprouver qu'ils l'interrogeaient ainsi, afin de pouvoir l'accuser. Mais Jésus, s'étant baissé, écrivait sur la terre avec le doigt.

Comme ils continuaient à l'interroger, il se releva et leur dit:" Que celui de vous qui est sans péché lui jette la première pierre."

Et s'étant baissé de nouveau, il écrivait sur la terre.

Ayant entendu cette parole, et se sentant repris par leur conscience, ils se retirèrent les uns après les autres, les plus âgés d'abord, puis tous les autres, de sorte que Jésus resta seul avec la femme qui était au milieu.

Alors Jésus s'étant relevé, et ne voyant plus que la femme, lui dit: "Femme, où sont ceux qui vous accusent? Est-ce que personne ne vous a condamnée?

Elle répondit: "Personne, Seigneur"; Jésus lui dit "Je ne vous condamne pas non plus. Allez, et ne péchez plus."

« Nous sommes invités à vivre de miséricorde parce qu’il nous a d’abord été fait miséricorde. Le pardon des offenses devient l’expression la plus manifeste de l’amour miséricordieux, et pour nous chrétiens, c’est un impératif auquel nous ne pouvons pas nous soustraire. Bien souvent, il nous semble difficile de pardonner ! Cependant, le pardon est le moyen déposé dans nos mains fragiles pour atteindre la paix du coeur. Se défaire de la rancoeur, de la colère, de la violence et de la vengeance, est la condition nécessaire pour vivre heureux. Accueillons donc la demande de l’apôtre : « Que le soleil ne se couche pas sur votre colère » (Ep 4, 26). Ecoutons surtout la parole de Jésus qui a établi la miséricorde comme idéal de vie, et comme critère de crédibilité de notre foi : « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde » (Mt 5, 7). C’est la béatitude qui doit susciter notre engagement tout particulier en cette Année Sainte. »
Extrait de la bulle d’indiction du Jubilé.


Oeuvre précédente: Musée virtuel - Adam et Eve chassés du paradis terrestre et L'Immaculée conception (Vitrail, Herchies)

Oeuvre suivante : Musée Virtuel - Saint-Nicolas (Bannière de procession, Eglise St-Nicolas, Mons)

Voir le Musée Virtuel

 

  • Créé par
    Diocèse de Tournai

Agenda

A vivre cette semaine
Voir tout l'agenda
Journée des acolytes 2019
mardi 29 octobre 2019
Cette année, la journée des acolytes aura lieu le mardi 29 octobre de 10h à 18h au centre pastoral ...
Une journée de formation sur les migrations à Mons
jeudi 28 novembre 2019
« Migrations : Ensemble et différents. Un signe des temps ? » : tel est le thème de la journée de f...